Comment rénover efficacement votre salle de bain ?

Quand on parle de rénover une salle de bain, le premier réflexe est souvent d’investir dans des équipements neufs. Si cela correspond à vos attentes, il sera nécessaire de définir votre budget. Ensuite, il est plus judicieux de penser à l’amélioration de votre salle de bain, c’est-à-dire la partie «déco ». En effet, les besoins en aménagement sont réels. Il est donc conseillé de vous pencher sur le choix de la robinetterie, et plus particulièrement la plomberie et ses accessoires.

Les différents types de rénovation pour votre salle de bain

Alors bien évidement quand on se lance dans la rénovation de la salle de bain, il y a la petite rénovation, la rénovation partielle et la rénovation totale. Nous allons détaillé pour mieux comprendre chaque type de rénovation et mieux cibler celle dont vous avez besoin pour rénover votre salle d’eau.

La petite rénovation

Enfin, la petite rénovation concerne les éléments suivants, rénovation des peintures, et changement du petit mobilier comme par exemple les miroirs. Vous pouvez aussi opter pour le changement de luminaire. En général ces petites rénovations, ne vous immobiliserons pas votre salle de bain, et ne prendront pas plus qu’une journée de travail.

La rénovation partielle

La rénovation partielle est la plus courante pour la salle de bain. Elle concerne les éléments suivants : les murs, les sanitaires et les portes et petits meubles. Elle vous permet de gagner en confort dans votre salle de bain sans pour autant tout changer. Il faudra compter en général quelques jours de travail grand maximum ce qui permettra de ne pas immobiliser non plus votre salle de bain même si vous en avez pour 2 journée de travail.

La rénovation totale

La rénovation totale est la plus complète. Elle concerne les éléments suivants : le sol, les murs, les sanitaires, la douche ou baignoire et les portes, les petits meubles et l’éclairage. Elle peut également impliquer la pose de nouveaux carrelages. Cette rénovation est adaptée si vous avez envie de faire un changement radical. Cependant il faut bien comprendre qu’en général pour une salle de bain d’environ 5m² à 10m² il faudra compter environ 1 semaine de travail. Et pendant ce temps la salle de bain sera accéccible. Il faudra prévoir un endroit pour prendre des douches durant cette semaine de travaux.

travaux salle de bain

Le cout pour rénover une salle de bain

Selon le type de travaux et le type de rénovation que vous souhaitez faire la rénovation de votre salle de bain vous coutera environ 700€/m² si vous faites réaliser l’intégralité de vos travaux par un professionnel (plombier et intervenant pour les murs et le carrelage). Pour une salle de bain comprise entre 5m² et 10m² vous pouvez alors prendre un budget de 3000€ à 7000€ selon si vous fournissez le matériel (baignoire, douche, carrelage, etc …). Bien évidement si vous êtes sur de la rénovation partielle ou petite rénovation de salle de bain pour lui donner un coup de jeune, alors ce prix au m² via un professionnel peut descendre à 100€ le mètre carré. Je vous invite à faire plusieurs devis comparatifs cela reste le meilleur moyen pour avoir un tarif au plus juste.

Si vous décidez de rénover votre salle de bain vous-même, vous pouvez compter entre 200 € et 500 € pour un mètre carré. Les prix dépendent du type de travaux à réaliser et des matériaux utilisés.

Le matériel à acheter pour la rénovation de sa salle de bain

Pour bien démarrer votre projet de rénovation de votre salle de bain, il est nécessaire d’avoir tous les éléments dont vous aurez besoin. Voici la liste des matériaux nécessaires à la rénovation de votre salle de bain :

La plomberie

Pour commencer, il faut penser à la salle de bain. Si vous rénovez votre salle d’eau, il faut prévoir des travaux de plomberie. Vous devrez acheter de quoi faire les raccordements et les raccorder sur les anciens réseaux. Il faudra également acheter des tuyaux en plastique, en cuivre ou en multicouche pour terminer la pose des équipements. Ne pas oublier les siphons de raccordement de la douche ainsi que du lavabo.

raccord cuivre salle de bain

La robinetterie

La robinetterie est un élément essentiel dans la rénovation d’une salle de bain. Il faut savoir que l’ensemble des fonctions utilisées quotidiennement sont gérées par les robinets de la salle de bain. Cela varie énormément en fonction de la situation. La robinetterie est composée de plusieurs éléments. Le choix de votre robinetterie dépendra surtout de votre budget à des prix serrés vous allez trouver des robinets classiques et sur des gammes plus cher peut-être des robinets style cascade qui sont très demandés pour de la rénovation de salle de bain. Alors attention je préfère vous prévenir, les robinets dit cascades ont effectivement un effet “ouah” lors de leur pose et des premiers mois d’utilisation, par contre après 1 an parfois avec le tartre il se dégrade et finalement l’effet cascade devient plus sale.

Le carrelage

Pour le carrelage, vous allez devoir acheter du carrelage à poser, du mortier de carrelage et une truelle. Si vous souhaitez obtenir du beau carrelage à un tarif intéressant je vous conseille de faire un tour directement chez les vendeurs de carrelage et non pas les grandes surfaces de travaux comme par exemple carrelage Saint-Etienne si vous êtes de la région Rhône Alpes. Il est aussi nécessaire d’acheter des joints en ciment pour couvrir les joints entre les différentes dalles de carrelage. Pour le carrelage qui est en contact directement avec de l’eau, prenez du joint spécial eau qui dispose de particules de silicone pour permettre une étanchéité complète. Pour le budget comptez entre 10 et 50€ le m² pour l’achat du carrelage.

pose carrelage salle de bain

Les luminaires

Il faudra penser à l’achat de vos luminaires, vous allez trouver de nombreux styles dans les magasins de bricolage. Sur ce point cela dépend vraiment de vos goûts en terme de décoration. Faites juste attention à la luminosité (lumen) qu’elle soit assez puissante. La salle de bain est une pièce on l’on entre souvent après le réveil, il vaut mieux que la luminosité soit suffisante sans être trop intense.

Le plafond

Pour le plafond bien évidement, vous pouvez opter pour un plafond classique en plaque de plâtre avec une peinture, ou pensez à des lames clipsables qui sont très simple à installer et en PVC. L’avantage du PVC c’est qu’il résiste très bien dans les pièces d’eau. Si vous prenez des plaques de plâtre, pensez à prendre celle qui sont vertes soit hydrofuges conçues pour aller et se poser dans les salles de bain.

 

Read More
Comment choisir son echafaudage

Pourquoi utiliser un échafaudage pour vos travaux ?

L’échafaudage est une plate-forme temporaire utilisée pour élever, soutenir et fournir des matériaux pendant un processus de construction, de réparation ou de nettoyage d’une structure. Il est installé avant la construction ou le début des travaux d’entretien. Ainsi, quelle que soit la taille d’un bâtiment, un échafaudage sera toujours nécessaire. Ceci est fait pour assurer la sécurité des travailleurs pendant la maintenance ou la construction du bâtiment. En outre, il fournit également un certain degré de soutien à une structure debout pendant la phase de construction.

Dans cet article, vous comprendrez pourquoi l’utilisation d’un échafaudage est indispensable pour vos travaux dans le bâtiment. Au préalable, voyons ensemble quelques uns des modèles d’échafaudage les plus populaires : 

Les différents types d’échafaudage

Échafaudage simple

Une des structures les plus anciennes utilisées dans la construction, l’échafaudage simple est principalement utilisé pour la maçonnerie. Ce type d’échafaudage comprend ce que l’on nomme des standards, des putlogs et des ledgers, qui se relient au mur à une distance d’environ 1 mètre. De plus, les Ledgers rejoignent les standards à une distance verticale de 1 à 1,50 m tandis que la distance entre les standards est de 2 à 2,50 m. Les Putlogs sont fixés à une distance de 1 à 1,50 m, mais extraits de l’espace dans le mur à l’extrémité du Ledger. Tous ces calculs techniques, lorsqu’ils sont respectés dans les règles de l’art, permettent à la structure d’être solide et d’offrir le soutien souhaité.

echafaudage roulant

Échafaudage à tubes 

Comme son nom l’indique, ce type d’échafaudage est créé à l’aide de tubes en acier fixés par des raccords et il est facile à monter et à démonter. L’échafaudage à tubes présente de nombreux avantages et son coût est donc plus élevé, mais il offre des normes de sécurité plus élevées pendant la construction. La structure est à la fois solide, durable dans le temps et résistante au feu. Malgré son coût, c’est l’un des échafaudages les plus populaires aujourd’hui en raison de ses avantages. Les échafaudages à tubes sont principalement utilisés pour les constructions extérieures et les grandes structures. 

Échafaudage suspendu 

Les echafaudages suspendus sont utilisés pour une variété de travaux de réparation ainsi que pour la peinture. Ils sont principalement utilisés pour la peinture car la plate-forme peut être ajustée plusieurs fois à la longueur souhaitée. 

L’échafaudage suspendu est créé à l’aide d’une corde ou de chaînes attachées à la plate-forme pour le travailleur de la construction, qui est ensuite suspendue au toit avec la hauteur ajustée au niveau souhaité. 

Échafaudage en porte-à-faux 

Également connu sous le nom d’échafaudage à cadre unique, l’échafaudage en porte-à-faux a un usage limité et nécessite diverses vérifications avant l’installation. Dans ce système d’échafaudage, les Standards sont soutenues par une chaîne d’aiguilles qui sont tirées à partir des trous dans le mur.

Il existe un autre type d’échafaudage en porte-à-faux, dans lequel, au lieu d’un mur, les aiguilles sont soutenues à l’intérieur des planchers par l’échafaudage à double cadre. Il faut se montrer prudent et bien suivre l’ensemble des étapes requises lors de toute installation de l’échafaudage en porte-à-faux. Vous trouverez ci-dessous les scénarios dans lesquels ce type d’échafaudage est recommandé :

  • La partie supérieure du mur est en cours de construction ;
  • Le sol est incapable de supporter les Standards ;
  • Le sol est proche du mur et libre de toute circulation.

Échafaudage Kwikstage 

Le dernier mais non le moindre de la liste est le système d’échafaudage Kwikstage. Cet échafaudage est fabriqué en acier galvanisé résistant et est admiré pour sa facilité d’installation. Facile à monter et à démonter, il est utilisé pour les petits et grands travaux de construction. L’échafaudage Kwikstage peut facilement remplacer le système d’échafaudage ordinaire et fournir une plate-forme de travail plus sûre et plus solide. Créé à l’aide d’un système d’emboîtement durable et sûr, le système modulaire breveté Kwikstage est personnalisable à la hauteur souhaitée.

Les différents avantages d’utiliser un échafaudage pour ses travaux  

Échafaudages : un accès facilité 

La construction d’immeubles de grande hauteur est une tâche difficile car de nombreuses parties d’un bâtiment sont difficiles à atteindre pour les ouvriers en raison de leur position. Les échafaudages résolvent ce problème majeur et les travailleurs peuvent se concentrer sur leur travail sans aucune difficulté. Ils peuvent atteindre n’importe quelle partie du mur ou du plafond d’un bâtiment à bout de bras. Sous la forme d’une petite plate-forme en bois, en fibre de verre ou en métal léger, il offre la hauteur nécessaire pour terminer une tâche facilement et efficacement. 

L’un des autres avantages des échafaudages est la position stratégique qu’ils offrent aux travailleurs. Bien que les échelles soient également utilisées à cette fin, elles sont montées à un angle et n’offrent pas une plate-forme solide sur laquelle les travailleurs peuvent s’appuyer. Les échafaudages placent les travailleurs directement en face des parties du mur ou du plafond sur lesquelles ils doivent travailler. Ils disposent ainsi d’un levier important. Si plusieurs travailleurs doivent travailler simultanément côte à côte, cela n’est pas possible avec des échelles.

travaux echafaudage

Échafaudages : pour votre sécurité 

La sécurité est la priorité absolue sur les chantiers de construction ; l’utilisation d’échafaudages devient donc importante pour créer un lieu de travail sûr pour les travailleurs qui travaillent en hauteur pendant la construction d’un bâtiment. Un autre avantage de l’utilisation d’un échafaudage est qu’il fournit une plate-forme de travail plane et équilibrée qui permet à plusieurs travailleurs de travailler simultanément sur un site. Le maintien de l’équilibre des travailleurs devient plus facile avec l’équipement d’échafaudage, ce qui réduit les risques d’accidents injustifiés. Les échafaudages nécessitent également des mains courantes sur la plate-forme supérieure, ce qui réduit les risques de blessures. Elles sont également importantes pour la sécurité des piétons et du public.

Quelle est la réglementation en matière d’échafaudages ?

Depuis 2004, l’article R4323-69 du Code du travail précise que les échafaudages, quels qu’ils soient, ne peuvent être montés, démontés ou transformés que par des personnes formées à cet effet. 

En conséquence, qu’il s’agisse d’échafaudages fixes ou roulants, toutes les entreprises utilisant ces équipements sont visées par la réglementation française sur les échafaudages. Les salariés des entreprises aussi bien publiques que privées de même que les travailleurs indépendants, doivent donc être formés sur ces équipements. 

En ce qui concerne la réception et la vérification périodique des échafaudages fixes et roulants cependant, les entreprises du BTP n’ont pas l’obligation de former tous leurs salariés. 

Dans les grandes entreprises du bâtiment, seuls les chefs d’équipe, chefs de chantier et chargés de travaux recevront la formation obligatoire échafaudage. De l’autre côté, tous les artisans qui sont amenés à travailler sur un échafaudage qu’il soit roulant ou fixe devront être formés. 

La formation comprendra notamment :

  • Procédures de montage et de démontage avec pour objectif de répondre à toutes les exigences de sécurité en vigueur sur le travail en hauteur ;
  • Vérification des équipement en hauteur ;
  • Emploi du matériel en toute sécurité ;
  • Procédures d’encadrement : connaître la réglementation applicable et les risques associés dans le cadre du management des équipes.

Conclusion : les échafaudages, indispensables au secteur de la construction

Les échafaudages sont indispensables au secteur de la construction, qu’il s’agisse d’ériger des immeubles de grande hauteur ou d’effectuer des réparations et de l’entretien de toute structure. Les échafaudages permettent non seulement d’accélérer les travaux de construction, mais aussi de garantir la sécurité des travailleurs et du public sur les chantiers.

Les échafaudages, qu’ils soient fixes ou mobiles, ont chacun leurs avantages et inconvénients, et devraient être judicieusement choisis et étudiés avant tout emploi et travaux. Les équipes devront être obligatoirement formées.

 

Read More

Rénovation et agrandissement : les plans à prévoir pour réaliser son projet

Lorsque qu’un projet de construction neuve ou de rénovation complète est envisagé, certains documents doivent être fournis à la mairie et aux services d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la ville. Ces documents sont pour la plupart des plans montrant le volet paysager avant et après la réalisation du projet. Vous ne souhaitez pas les réaliser seuls ? Un architecte peut vous accompagner.

Le plan de situation : comment le présenter ?

En vous fournissant un devis de travaux, l’architecte en charge de votre projet s’engage à réaliser le permis de construire et la déclaration préalable de travaux, comprenant notamment un plan de situation (noté PCMI 1). Ce plan comprend différents points :

  • l’indication du Nord pour montrer l’orientation ;
  • l’indication de l’échelle utilisée, le plus souvent 1/20 000 en zone rurale et 1/2000 en zone urbaine ;
  • l’indication des voies de desserte et des constructions existantes.

Le plan de masse d’une maison

Ce plan permet de prendre en compte l’ensemble du projet de rénovation. L’architecte dessine un plan côté qui met en lumière la surface de la maison, délimite la superficie à modifier ou agrandir.

Le plan de masse cadastre

Le plan de masse cadastral peut être présenté à partir de l’échelle 1/1250 et doit montrer tous les agencements sur le terrain avant la réalisation du projet.

Le plan de masse coté dans les 3 dimensions

Ce plan de masse doit contenir des annotations pour qu’apparaissent parfaitement les trois dimensions du bâtiment. Un logiciel tel que SketchUp peut être utilisé pour cette représentation.

Le Dp2 plan de masse

Le plan de masse DP2 est obligatoirement joint aux documents de demande d’autorisation d’urbanisme, et plus spécifiquement à la déclaration préalable de travaux.

Le Pcmi2

Ce plan de masse est à joindre au permis de construire et doit représenter l’existant sur le terrain. Ce plan est noté PC2 – PCMI2 dans le dossier du permis de construire (ici présenté en deux parties avant et après la construction nouvelle) et DP2 ou DPMI2 dans le dossier de la déclaration préalable de travaux.

Le plan de masse terrain

Le plan de masse terrain donne des indications sur les limites et la superficie de la parcelle, ses accès et la topographie du terrain.

Où trouver un plan de masse ?

Les plans de masse se trouvent dans les mairies, au service cadastre. Vous devez demander un extrait cadastral qui vous permettra de visualiser l’emplacement de votre bien, la parcelle et les limites de parcelle, les lieux-dits, etc. En demandant un devis bâtiment, vous savez que l’architecte se chargera de² la recherche et de l’élaboration des plans nécessaires, qu’il s’agisse d’une construction ou d’une rénovation.

Quelle différence entre plan de masse et plan de situation ?

Le plan de situation aide à visualiser l’ensemble de la commune sur laquelle se situe le bien. Au contraire, le plan de masse est recentré sur votre parcelle. Les deux sont nécessaires pour la réalisation du permis de construire.

Comment obtenir un plan de masse de ma propriété ?

Le plan de masse d’une propriété est tiré en grande partie du plan cadastral. Ce plan cadastral peut être demandé en ligne sur le site du gouvernement : www.cadastre.gouv.fr ou dans le bureau “cadastre” de la mairie de sa commune.

Comment faire et élaborer un plan de masse ?

Le plan de masse doit montrer tous les aménagements existants (paysagers et bâtis) sur une parcelle de terrain précise. Le second plan joint au permis de construire permet de visualiser le projet : construction ou rénovation en plaçant les zones à creuser, les arbres, les réseaux d’eau et d’électricité, etc.

Comment obtenir un plan de situation ?

Que vous soyez architecte, maître d’œuvre ou maître d’ouvrage, vous devez demander une copie de l’extrait du plan cadastral à votre mairie ou en ligne sur le site du cadastre. La personne qui va étudier votre dossier doit pouvoir visualiser précisément votre projet et repérer sa position dans votre commune pour déterminer s’il correspond parfaitement aux règles d’urbanisme.

Read More

5 critères pour choisir son entreprise de rénovation d’intérieur

La rénovation de votre logement ou de votre maison est un projet à prendre au sérieux. Cela implique le choix judicieux de l’entreprise de rénovation. Cette dernière permettra de mener à bien vos travaux d’intérieur. Pour éviter de commettre des erreurs, il est intéressant de prendre en compte certains critères importants. Lesquels ? On en parle dans ce dossier.

Avoir recours à votre entourage

Après avoir défini avec précision vos besoins, vous pouvez commencer la recherche proprement dite de l’entreprise qui prendra en charge vos travaux. Dans ce sens, il est conseillé de se tourner vers son entourage. En adoptant ce premier réflexe, vous pouvez trouer facilement la meilleure entreprise de rénovation.

En effet, il se peut que certains de vos proches aient fait appel à une entreprise de rénovation par le passé. Sondez donc votre entourage pour en dénicher. Les connaissances vous feront part du résultat des professionnels. Si ces derniers sont satisfaisants, elles vous les recommanderont. En plus, elles vous souligneront le prix des travaux effectués, mais vous diront aussi si l’entreprise a pu respecter les délais fixés. Si vous obtenez de nombreux avis positifs, vous pouvez vous fier à l’entreprise de rénovation proposée.

Le respect des délais de travaux

Lorsqu’il est question de l’exécution des travaux de rénovation d’intérieur, le délai est un critère important à prendre en compte. Une bonne entreprise de rénovation est chargée de la gestion du projet de la conception jusqu’à sa concrétisation. Elle coordonnera les différentes équipes qui contribueront à la réussite du projet de rénovation.

Pour plus d’explications, cliquez ici. En général, une bonne entreprise garantit des travaux de rénovation de qualité et tient notamment compte du respect du délai défini.

Les références et certifications de l’entreprise de rénovation

Une entreprise de rénovation regroupe de nombreux domaines de BTP. Il s’agit entre autres de l’électricité, de la peinture, de la menuiserie, de la maçonnerie, des revêtements de sol, du carrelage, etc. Pour espérer avoir un travail satisfaisant, optez pour des professionnels de rénovation compétents et adaptés à vos besoins.

Pour plus d’assurance, demandez une présentation des références clients. Vous les retrouverez notamment sur leur site. Les certifications sont aussi des pièces qui attestent la fiabilité des professionnels de rénovation.

L’ancienneté

C’est un point principal qui prouve le savoir-faire de l’entreprise de rénovation sollicitée. Une société de rénovation d’intérieur témoignant de nombreuses années d’expertise représente une entreprise qui a déjà concrétisé de nombreux projets différents. Elle sera en mesure de vous prodiguer des conseils relatifs à vos travaux.

La transparence du prix

Dans le cadre d’un projet de rénovation, il convient de solliciter différentes entreprises de prestation. Ainsi, vous pouvez demander à chacune d’entre elles des devis. Ces derniers seront comparés et donc vous permettront de faire le choix de votre professionnel. Bien entendu, il faut choisir une entreprise de rénovation qui propose des prix transparents.

Les tarifs proposés doivent convenir à ceux qui sont actuellement pratiqués sur le marché. Quant aux devis, ils doivent être détaillés et explicites. Cela vous donnera un aperçu de ce que l’entreprise propose pour exécuter la rénovation de votre habitation. Si le devis n’est pas transparent, vous pouvez décliner l’offre.

Read More

Le rénovitrage, un bon choix pour faire des économies ?

Si vous avez un velux, alors vous avez peut-être entendu parler du rénovitrage, si vous n’avez jamais entendu parlé du rénovitrage, on vous explique tout dans cet article et aussi comment vous allez pouvoir faire des économies. En effet, la vitre d’une fenêtre velux tout comme la durée de vie d’une fenêtre n’est malheureusement pas éternelle, de plus les technologies en ce qui concerne les vitrages évoluent rapidement. On oublie pas qu’à l’époque de nos grands parents une fenêtre était réalisée en simple vitrage. Ce simple vitrage aujourd’hui est aujourd’hui dépassé notamment à cause de la faible isolation thermique, on retrouve maintenant sur le marché des triples vitrages avec du gaz entre chaque plaque de verre afin de renforcer et d’obtenir un vitrage vraiment isolant et permette de garder la chaleur lors de l’hiver à l’intérieur de la maison et au contraire garder la fraicheur lors de l’été. Alors oui mais comment remplacer son velux dans sa maison lorsque celui-ci commence à vieillir et montrer des signes de faiblesses

Le changement de votre velux

La première solution consiste bien évidement à changer l’intégralité de votre velux, en général la pose doit être effectué par un professionnel et la tarif avoisine les 700€ selon la qualité du vélux et le tarif de la pose (ce tarif est général, il faudra affiner par rapport à votre région et aux prestataires). C’est une solution radicale mais qui à le mérite de vous redonner de la clareté dans la pièce disposant du vélux, ainsi qu’une meilleure isolation thermique. Cette solution est idéale si vous avez aussi le bati de votre vélux abimé car vous êtes obligé de changer l’intégralité du vélux. Mais si votre bati est propre ce qui est bien souvent le cas, alors il existe une autre solution : le rénovitrage.

 

Le rénovitrage

Le rénovitrage comme son nom l’indique est la rénovation ou plus précisément le changement de votre vitrage de votre vélux. Il faut savoir que des sociétés aujourd’hui vous propose cette solution afin dans un premier temps de réduire les coûts de la réparation de votre vitrage pour velux et aussi dans un aspect écologique car vous n’êtes pas obligé de changer le bati sachant que celui-ci est toujours en bon état. De plus vous allez gagner en performance énergétique et en isolation thermique puisque le transfert de chaleur se fait au niveau du vitrage et non pas au niveau du bati. Alors combien ça coûte un rénovitrage ?

Il faut savoir qu’un rénovitrage coûte environ 7 fois moins cher que le changement complet de votre vélux, vous allez pouvoir faire de grosse économies, et surtout la où les économies sont très importante c’est au niveau de la pose par un professionnel. En effet, si vous êtes un peu bricoleur sachez que bien souvent l’achat de votre vitrage est livré avec tout le nécessaire pour faire le changement vous-même. Concernant le nécessaires, vous allez retrouver les joints en silicone pour l’isolation et le mastic isolant, un kit de visserie neuf et bien évidement une notice qui vous guidera pas un pas un peu comme le montage d’un meuble. Vous comprenez rapidement qu’il y a finalement rien de sorcier de profiter du rénovitrage surtout si vous aimez faire les travaux. Néanmoins, si vous n’aimez pas faire les travaux et que vous n’avez pas un tournevis à la maison, alors vous pouvez faire appel à un professionnel en lui demandant d’utiliser la technique du rénovitrage.

Read More
isolation maison

Mauvaise isolation : d’où viennent les pertes de chaleur ?

Un logement mal isolé entraîne une hausse de la consommation énergétique, et donc une augmentation des dépenses liées aux factures d’électricité et de gaz. Ainsi, il est nécessaire de bien connaître les points faibles de son logement en termes d’isolation, afin d’investir dans les travaux ciblés, qui permettent d’y remédier.

En effet, il est inutile de remplacer une chaudière par un équipement neuf ou d’investir dans un système d’énergie renouvelable si la maison est mal isolée. Il est alors essentiel de détecter les points stratégiques dont il faut améliorer l’isolation, c’est-à-dire les endroits qui entraînent les déperditions de chaleur.

Murs, toiture, menuiseries, plancher ou ponts thermiques, il est important de connaître le mécanisme de circulation des flux à l’intérieur d’une maison, pour diagnostiquer les éventuelles pertes de chaleur et y apporter des solutions adaptées.

Comment identifier les endroits qui causent des déperditions de chaleur ?

Les pertes de chaleur sont généralement liées à une mauvaise isolation, et elles sont à l’origine d’une surconsommation d’énergie. Il existe plusieurs sources possibles pour ces déperditions thermiques, et il est primordial de les détecter pour pouvoir améliorer les performances d’isolation du logement.

La chaleur peut d’évacuer par divers endroits de la maison, comme le toit, les murs, les systèmes de ventilation, les menuiseries, les vitrages et le sol. Ces fuites thermiques peuvent être identifiées par plusieurs méthodes :

  • La réalisation d’un diagnostic de performance énergétique

  • L’utilisation d’un détecteur de fuites thermiques

  • L’utilisation d’une caméra thermique, qui permet de visualiser depuis l’extérieur les endroits de fuite de chaleur

  • Le recours à des méthodes plus basiques, comme l’utilisation d’une bougie allumée, à rapprocher des endroits suspects

  • Faire appel à l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), pour analyser les sources potentielles de pertes de chaleur

  • Analyser le montant des factures sur plusieurs mois, et effectuer une moyenne de consommation, cela peut être un indicateur simple sur une éventuelle faille dans le système d’isolation thermique.

Dans ce contexte, il est important de souligner que chaque logement est unique, et possède ses propres spécificités, ce qui augmente la difficulté de cette opération de diagnostic et de détection des défauts, car il n’existe pas de configuration standard.

Le toit, responsable de 25 à 30% des pertes de chaleur

Le toit représente la première source de déperditions thermiques dans un logement, il est à l’origine de 25 à 30% des fuites de chaleur.

L’air chaud est en effet plus léger que l’air froid, c’est donc naturellement qu’il s’élève et finit par se loger dans la partie haute de la maison, ou par s’évacuer à partir des combles et de la toiture.

C’est pour cette raison qu’il fait souvent plus chaud à l’étage qu’en bas de la maison, et ceci est valable aussi en été, causant un inconfort pour les habitants.

Le toit représente par ailleurs une surface importante en contact avec l’extérieur, il est donc directement exposé au vent et au froid.

Les pertes de chaleur au niveau de la toiture peuvent être causées par une mauvaise isolation des combles, des sous-pentes, du dernier plafond, des espaces vides entre les tuiles ou des jonctions mur-charpente.

De ce fait, l’isolation de tous ces éléments doit être traitée comme une priorité, car il s’agit d’une opération rentable en termes de potentiel d’économies d’énergie, sans engendrer de dépenses importantes. L’isolation de la toiture nécessite en effet moins de travaux que celle des murs.

Quelles solutions pour isoler le toit ?

Les techniques d’isolation de toiture ne sont pas les mêmes pour toutes les configurations, elles dépendent du niveau auquel sera posé le matériau isolant, selon que les combles sont aménagés ou pas.

  • Si les combles sont aménagés et habitables, une isolation déroulée sur plancher est privilégiée,

  • Pour les combles perdus non aménagés, il est préférable d’envisager une solution par soufflage dans les versants de toiture.

L’intervention peut être plus ou moins lourde, car il est généralement nécessaire de retirer le revêtement de toiture pour souffler le matériau isolant.

De nombreux isolants peuvent être utilisés pour les combles, comme les laines minérales, les fibres de bois ou de chanvre, le polystyrène ou le polyuréthane.

Les murs, responsables de 20 à 25% des pertes de chaleur

Les murs sont les deuxièmes responsables des déperditions thermiques, après la toiture, puisqu’ils sont à l’origine de 20 à 25% des fuites de chaleur, et les raisons sont multiples. Il s’agit souvent de murs isolés uniquement de l’intérieur, avec une fine couche d’isolant, pour ne pas perdre de la surface habitable.

Or, seule une grande épaisseur de matériau isolant est susceptible d’améliorer les performances thermiques et d’éviter la fuite de chaleur par les parois. Il est donc préférable de procéder à une isolation par l’extérieur, pour éviter de perdre de la superficie intérieure du logement.

De même, les murs anciens en parpaing ne retiennent pas l’énergie thermique, qui finit par s’évaporer, incitant les habitants de la maison à augmenter la puissance du chauffage, et donc à surconsommer de l’énergie.

Quelles solutions pour isoler les murs ?

Pour résoudre le problème de l’évaporation de la chaleur par les murs, il est indispensable de les isoler, et de préférence par l’extérieur, pour préserver la surface habitable. L’isolation des murs est réalisée au moyen de panneaux isolants rigides, qui sont soit collés directement à la paroi, soit vissés sur une autre structure en bois ou en métal.

Dans le cas d’une isolation par l’intérieur, l’isolant empiète sur la surface habitable de la maison, mais l’avantage c’est que l’aspect extérieur est préservé. Par ailleurs, cette solution peut entraîner certains défauts dans le fonctionnement de l’ouverture des portes, le passage des canalisations ou câbles électriques.

A l’inverse, l’isolation par l’extérieur est plus efficace pour traiter les ponts thermiques, mais entraîne des travaux plus complexes et plus chers, tout en modifiant l’aspect extérieur de la maison. Un ravalement des façades peut être nécessaire dans le cadre d’une isolation des murs par l’extérieur.

Les fuites d’air, responsables de 20 à 25% des pertes de chaleur

Les pertes de chaleur par fuites d’air sont souvent sous-estimées, alors qu’elles représentent entre 20 et 25% des déperditions thermiques, quasiment au même niveau que les murs. Ces fuites peuvent provenir de diverses sources comme les hottes, les cheminées, les prises électriques, les seuils des portes, le système de ventilation ou les serrures.

Toutes ces zones sont considérées comme des infiltrations d’air parasites qu’il convient de calfeutrer afin d’éviter la surconsommation d’énergie, d’améliorer le confort des habitants, et d’optimiser le fonctionnement du système de ventilation. Sans prendre en considération ces fuites d’air, l’efficacité de l’isolation thermique est fortement compromise.

Quelles solutions pour réduire les fuites d’air ?

En parallèle avec l’isolation de la maison, il est toujours utile de vérifier les zones qui peuvent engendrer des fuites d’air, pouvant être une serrure, une hotte, une cheminée ou un système de ventilation.

S’il s’avère qu’un endroit de la maison favorise l’infiltration de l’air, il est primordial de le colmater en utilisant du silicone ou du latex acrylique, afin de réduire les déperditions thermiques. La solution de calfeutrage préconisée dépend du matériau de la zone à obstruer. Il est également possible de poser des joints ou d’injecter de la mousse de polyuréthane.

Par ailleurs, certaines astuces peuvent être mises en œuvre comme la fermeture du conduit de la cheminée lorsqu’elle n’est pas utilisée, afin d’éviter l’infiltration de l’air.

Les fenêtres, responsables de 10 à 15% des pertes de chaleur

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les fenêtres et les vitrages n’arrivent qu’en quatrième position de l’importance des déperditions thermiques de la maison. Ils sont responsables d’environ 10 à 15% des pertes de chaleur, alors que toutes les idées reçues les placent en tête du classement.

Les causes possibles des pertes de chaleur par les fenêtres peuvent être liées au simple vitrage, à l’usure de la menuiserie, à un mauvais entretien, ou à une pose défectueuse. Toutefois, avant de se lancer dans le remplacement des fenêtres, il est recommandé de se renseigner auprès de la mairie, concernant le Plan Local d’Urbanisme de la commune, afin de respecter les couleurs et les matériaux réglementaires.

Tout comme les fenêtres, les portes sont d’autres éléments sensibles de la maison, et constituent une source de pertes thermiques, notamment celles qui donnent vers l’extérieur.

Quelles solutions pour isoler les fenêtres ?

Les pertes de chaleur par les fenêtres peuvent être réparées en remplaçant les anciennes fenêtres par des modèles plus performants sur le plan thermique.

Pour ne pas subir les déperditions de chaleur, les fenêtres doivent être dotées de volets d’un double vitrage à isolation thermique renforcée et d’une menuiserie de qualité. L’installation doit également être réalisée par un artisan qualifié, pour éviter les défauts de pose, pouvant laisser des espaces vides.

Les volets jouent un rôle important dans les performances d’isolation des fenêtres, car ils apportent une résistance supplémentaire aux menuiseries.

Au-delà du remplacement, plusieurs techniques peuvent être utilisées pour rénover les fenêtres, en fonction de la complexité des travaux et du budget alloué.

Il est ainsi possible d’utiliser une méthode simple et rapide, qui consiste à déposer partiellement une fenêtre, en conservant le dormant existant et en changeant le reste. Une autre technique consiste à déposer totalement la fenêtre en remplaçant le cadre par un nouveau. Cette solution nécessite des travaux plus lourds que sur les murs. La troisième solution est d’ajouter une deuxième fenêtre à une fenêtre existante, en la posant soit à l’intérieur soit à l’extérieur.

Concernant les portes, les performances peuvent être améliorées en collant un isolant ou en plaçant un bas de porte. Le remplacement des portes peut également être envisagé, mais il est essentiel de prêter attention à la mise en œuvre, qui doit être réalisée par une entreprise d’isolation spécialisée. Des entreprises d’isolation Toulouse comme Tef Isolation ou Geckoisol pourront vous accompagner dans toutes les étapes de l’isolation de votre maison.

Le plancher et le sol, responsables de 7 à 10% des pertes de chaleur

Dans une maison, le sol peut être à l’origine du froid, et représenter jusqu’à 10% des déperditions thermiques, car cette zone est en contact direct avec les parties froides. C’est pour cette raison qu’une isolation performante du sol entraîne l’amélioration du confort intérieur, car elle permet de réduire les pertes de chaleur par le bas, d’atténuer les nuisances sonores et d’empêcher les infiltrations d’eau.

Même si la perte de chaleur par le plancher bas n’est pas très importante, il n’empêche qu’elle entraîne quasi certainement une sensation d’inconfort liée au froid, et donc une surconsommation d’énergie.

Quelles solutions pour isoler le sol et le plancher ?

Les planchers bas font partie des éléments à isoler pour améliorer le confort intérieur et éviter les pertes de chaleur. Cette opération peut être réalisée par le bas ou par le haut.

L’isolation des planchers par le bas se fait en appliquant un isolant dans la partie inférieure du sol, lorsque celui-ci est situé au-dessus d’un endroit non chauffé, d’un vide sanitaire ou d’un terre-plein. Pour les sols réguliers, il est préférable d’utiliser des panneaux isolants, alors que les planchers irréguliers sont préférablement isolés avec un matériau souple.

L’isolation des planchers par le haut présente plus de contraintes, car elle s’adapte aux sols situés au-dessus d’un terre-plein inaccessible et aux situations où le plancher doit être refait totalement. Le procédé consiste à poser des panneaux isolants sur le sol et à couler une chape par-dessus, pour pouvoir installer un revêtement.

Cette isolation par le haut implique d’importants travaux, pouvant aller jusqu’à enlever le revêtement déjà posé, ou à rehausser les seuils de porte, et il est préférable de procéder par le bas, quand cela est possible.

La solution d’isolation thermique dépend de la hauteur entre le plafond et le sol et de l’accessibilité, et les bénéfices sont importants en matière de confort, notamment quand le plancher est au-dessus d’une cave ou d’un sous-sol.

Les ponts thermiques, responsables de 5% des pertes de chaleur

Les ponts thermiques sont les zones non isolées, qui sont en contact direct avec l’extérieur, comme les intersections entre les façades et le plancher se trouvant à l’étage. Ils représentent le dernier facteur de pertes de chaleur, et correspondent à une rupture entre la structure de la maison et les matériaux.

Les ponts thermiques évacuent la chaleur de l’intérieur vers l’extérieur, et ils sont réduits au minimum dans les nouvelles constructions.

Quelles solutions pour réduire les ponts thermiques ?

La réduction des ponts thermiques se fait idéalement à l’aide d’une isolation par l’extérieur, qui est recommandée pour les projets de rénovation des maisons anciennes, et qui permet d’obtenir de hautes performances thermiques.

Il est possible aussi d’isoler les ponts thermiques individuellement, mais l’efficacité n’est pas la même qu’avec une isolation globale.

Read More

Construction de maison : comment prévoir les “imprévus” ?

Les imprévus sont à prévoir et à supporter lors de l’exécution des travaux sur un chantier. Cependant, la possibilité de minimiser leur impact existe. En adoptant les bons réflexes, vous pourrez gérer efficacement les imprévus grâce à l’anticipation.

Voici quelques précautions à prendre pour éviter les déconvenues liées à une mauvaise gestion des imprévus.

Les étapes de la construction d’une maison

La construction d’une habitation obéit à différentes étapes au cours desquelles l’ouvrage se met progressivement en place. Il s’agit notamment du gros œuvre, du second œuvre et enfin des finitions. Les travaux de gros œuvre englobent les fondations, les murs, les portes et fenêtres, l’assainissement et le soubassement, la charpente et la couverture.

Tout chantier de construction débute par un terrassement. Le montage des murs porteurs est une autre étape importante dans le projet. La définition des ouvertures doit se faire dans le respect de la réglementation thermique 2012.

Pour plus de détails sur le montage et la supervision de votre projet de construction, contactez « Mon Projet Mes Choix ». Cette entreprise spécialisée en conseil et coaching sur les projets immobiliers vous apportera toute l’aide nécessaire à la bonne conduite de vos travaux.

Comment affronter les imprévus sur un chantier ?

Pour bien gérer les imprévus sur un chantier, il est important de procéder à une identification de la problématique. Cela permet de gérer plus efficacement les risques ou les conséquences qui peuvent en découler. Pour ce faire, vous devez impérativement suivre votre chantier.

Vous informer régulièrement sur l’évolution des travaux est d’une très grande importance. Le moindre aléa, la moindre difficulté doivent vous être relayés immédiatement. La réactivité est en effet l’un des objectifs majeurs en matière de pilotage d’un chantier de construction.

L’analyse des causes et des conséquences possibles est une autre précaution à prendre. L’avantage de ces réflexes est qu’ils vous permettront d’évaluer l’étendue des dégâts et les mesures à prendre. Par exemple, en plus du retard de livraison, un coût financier peut s’avérer nécessaire dans la perspective d’une reprise des travaux.

Le management des incertitudes des prestataires

L’anticipation des difficultés commence au moment de consulter les entreprises. La constitution des équipes de travail par l’entreprise est une étape cruciale. Elle tient essentiellement compte des étapes du chantier qui, comme vous le savez, sont : le gros œuvre, le second œuvre et les finitions.

En gros, c’est ce choix qui détermine la façon dont le chantier sera organisé et dirigé. Les incertitudes relatives au sérieux, à la probité ou aux difficultés financières de certains sous-traitants doivent être analysées et traitées. Le cas échéant, ceux-ci devront être purement et simplement supprimés de la liste des entreprises retenues pour la réalisation des travaux du chantier.

La rédaction des documents de contrats doit par conséquent être entourée de la plus grande rigueur. Les prévisions doivent intégrer la mise en place des dispositions modifiant et complétant le contrat initial, en cas de survenance d’éventuels imprévus.

Une gestion adossée sur la bonne organisation et la planification

Planifier les actions à mener et bien les organiser vous permettra d’anticiper sur les imprévus ou de les gérer plus efficacement. Pour ce faire, la mise en place d’un calendrier de suivi du chantier vous offre la possibilité de dégager des marges en matière de délais.

La nécessité d’une telle organisation, c’est d’éviter que des retards surviennent et impactent négativement le déroulement du chantier. Il peut s’agir de retard de livraison ou de malfaçons qui peuvent découler de l’empressement. Le bien-fondé du calendrier de suivi, c’est qu’il s’appuie non seulement sur les différentes interventions des prestataires, mais aussi sur les délais de réception des matériaux commandés.

Des logiciels de gestion et de suivi des chantiers existent. Leur utilité consiste à vous apporter toute l’aide nécessaire dans la quantification des ressources et la façon de les utiliser.

L’anticipation, une solution efficace de gestion des imprévus

Une bonne gestion des imprévus doit être adossée sur l’anticipation. Certes, il n’est pas possible de les éviter dans l’intégralité, mais vous pouvez prendre des mesures permettant de limiter leur impact.

L’établissement d’un plan de gestion est une solution d’anticipation des imprévus. Grâce à lui, l’identification des aléas est rendue possible ainsi que la mise en place des mesures de prévention permettant de les éviter.

La mise sur pied d’un plan d’organisation et de gestion des imprévus est une alternative envisageable. Ce type de plan de secours vise l’implémentation de solutions de rechange applicables en cas de survenance des imprévus sur le chantier.

Read More
toiture

Comment isoler correctement ses toitures ?

On pense souvent à isoler les murs, les fenêtres, le sol et même les combles, mais l’isolation des toitures est tout aussi importante. Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise d’Energie (ADEME), les pertes de chaleur dues au manque d’isolation de la toiture est de 30%. Isoler aussi ses toitures permet donc d’optimiser l’efficacité énergétique du logement.

Constater l’état de la toiture

La toiture étant l’une des parties de la maison la plus exposée, vents, pluie et autres intempéries peuvent la fragiliser. Ainsi de nombreux dégâts peuvent être constatés comme les infiltrations d’eau qui peuvent avoir un impact direct, surtout en période hivernale, sur l’isolation de votre maison et donc votre consommation énergétique.

Il est donc conseillé de faire intervenir un professionnel qualifié qui constatera l’état de la toiture mais aussi de votre charpente et qui selon son expertise décidera de la suite.

L’entretien régulier des toitures permet de les garder en bon état et de s’assurer qu’il n’y ait aucun problème ou au contraire d’anticiper les différentes failles qui peuvent survenir.

Si votre toiture n’est pas isolée ou que vous souhaitez la rénover , la visite de votre couvreur vous permettra de discuter avec lui des différents choix possibles en matière d’isolation.

Faire le choix d’un bon isolant

Le choix du matériau isolant ne se fait pas par hasard, il faut prendre en considération certains critères.

Tout d’abord votre budget, car il existe des isolants plus chers que d’autres, vous devrez donc tenir compte de ce paramètre.

Vous devrez aussi vous poser la question de l’efficacité de l’isolant car là encore tous les isolants ne se valent pas.Certains critères sont à prendre en considération comme :

  • la conductivité thermique, qui est la capacité de l’isolant à conduire la chaleur. Plus cette conductivité est faible est plus l’isolant est efficace

  • La résistance thermique, plus précisément le coefficient de résistance thermique, qui va nous renseigner sur la capacité de l’isolant à résister à la chaleur et au froid. Contrairement à la conductivité thermique, plus le coefficient de résistance thermique est élevé, plus l’isolant va être efficace. Un isolant est considéré comme efficace lorsque son indice est supérieur à 6. Il est important de savoir que l’épaisseur des couches isolantes est aussi à prendre en compte.

  • Le choix du matériau isolant synthétique ou naturelLaine de vers, laine de mouton ou encore ouate de cellulose, le choix du matériau synthétique ou naturel vous est propre. Les deux types d’isolants ont fait leurs preuves c’est donc en vous basant sur leur conductivité thermique, leur résistance thermique, l’expertise d’un professionnel ainsi que votre budget que se portera votre choix.

L’installation de l’isolation de votre toiture

Lors de l’installation de votre isolation, vous pourriez décider de l’installer par l’extérieur ou par l’intérieur.

L’isolation par l’extérieur, comme son nom l’indique, est la pose d’isolant en extérieur et nécessite donc d’enlever complètement la couverture. Cette technique est plutôt conseillée lors des travaux de rénovation du logement ou encore de rénovation ou changement de la toiture. En effet, deux techniques peuvent être utilisées : la méthode du sarking et celle de la pose entre les chevrons.

Isoler la couverture de la maison par l’extérieur permet de ne pas perdre de surface habitable, mais aussi de profiter pleinement de son logement pendant la durée des travaux sans en subir les désagréments. Ce type d’isolation est plus cher mais a l’avantage d’être très efficace contre les ponts thermiques.

L’isolation par l’intérieur est la technique la plus utilisée en France. De faible coût, elle est plus simple à réaliser. C’est une solution idéale pour vos combles aménagés ou vos combles perdus. Contrairement à l’installation de l’isolation par l’extérieur, installer son isolant par l’intérieur ne nécessite pas forcément rénovation complète de la toiture.

Ainsi l’isolation sous rampants est idéale pour les combles aménagés. Pour vos combles perdus nous vous conseillons l’isolation sur le plancher.

Vous pourriez faire le choix de faire vous même l’installation mais l’opération étant très technique et nécessitant une certaine expertise tant par le choix de l’isolant que par la pose en elle-même, nous vous conseillons de vous tourner vers un professionnel.

Le choix du couvreur est très important. Vous devez faire attention et faire appel à un professionnel qualifié pour que la pose de l’isolation et celle de votre toiture soient correctement faites. Une pose mal faite entraîne forcément un coût de main d’œuvre supplémentaire pour arranger ou dans le pire des cas refaire l’installation, mais aussi une hausse de votre facture énergétique car l’isolation de votre toit ne sera pas assurée.

De plus, un couvreur qualifié saura vous donner un maximum d’informations sur le choix de l’isolant à utiliser selon votre logement et votre budget.

Vous pourrez ainsi trouver des artisans couvreurs en Ariège, Ile-de-France, en Bretagne et partout en France, parfaitement qualifiés et qui sauront répondre à vos questions et attentes.

Read More
travailler une fissure

Quels produits de traitement pour réparer une fissure ?

Une fissure est déterminée selon sa longueur, sa largeur, son emplacement sur le mur, et le fait si oui ou non il y a d’autres fissures autour.

Un expert en bâtiment peut analyser une maison ou un bâtiment, afin de définir la gravité d’une fissure, puis vient le tour du maçon qui a pour mission de reboucher les fissures.

Cependant, dans une grande partie des cas, il est possible de le faire soi-même. Il existe des produits, qui peuvent être achetés dans des magasins spécialisés, qui sont très efficaces contre les petites fissures sans gravité.

Les meilleurs produits de rebouchage

Réparer une fissure maison est possible sans passer par un professionnel, si la faille n’est pas importante. Pour cela, il faut d’abord s’équiper, et avoir le matériel nécessaire.

Il existe différents produits utiles pour reboucher une fissure d’un mur :

  • L’enduit de façade, qui doit être appliqué sur les murs externes. C’est un produit puissant, mais il est conseillé d’en mettre au moins 2 ou 3 couches pour qu’il puisse résister correctement aux intempéries. Ensuite, il est aussi possible de mettre du crépi, qui donne un joli aspect au mur, et protège encore plus du froid et de la pluie.

  • Le plâtre, à utiliser seulement si le mur en question est déjà en plâtre.

  • L’enduit de rebouchage, qui est le produit le plus courant pour reboucher une fissure.

  • L’enduit de lissage, qui peut reboucher les plus petites fissures, mais qui est surtout intéressant à appliquer si l’on souhaite donner un aspect lisse au mur, pour le peindre par exemple.

Il est utile d’avoir l’un de ces produits chez soi, car une fissure peut se créer à tout moment.

La méthode pour reboucher une fissure

Une fois que vous avez le matériel nécessaire pour réparer la fissure, vous pouvez passer à l’action. Ce n’est pas très compliqué, tout le monde peut le faire : cela permet d’éviter de payer un maçon.

Avant tout, il est conseillé de dégager la fissure, de faire tomber tous les petits morceaux qui peuvent être restés dans la faille. Pour cela, il existe des petits pinceaux. Vous pouvez aussi utiliser une vieille brosse à dent. Nettoyer correctement la fissure est important pour que le produit puisse se glisser parfaitement dans la faille.

Il ne faut pas hésiter à élargir la fissure afin qu’elle soit bien propre. Cela ne causera pas de dégât sur le mur.

Vient ensuite le moment d’appliquer le produit. Il doit bien glisser au fond de la fissure et tout le long. N’hésitez pas à en mettre également tout autour, car la zone est quand même fragile. Cela va solidifier le mur.

Enfin, comme la peinture, il faut laisser l’enduit sécher, puis, si besoin, appliquer une nouvelle couche. Cela est particulièrement conseillé pour les côtés extérieurs des murs, qui sont plus fragiles.

Attention, si la fissure fait plus de 5 millimètres de largeur, elle est considérée comme dangereuse : il ne faut pas la toucher. Seuls les spécialistes peuvent la traiter. En effet, en cas de fausse manipulation, le mur pourrait s’abîmer davantage.

Si des nouvelles fissures se forment après en avoir bouché une, cela peut être le signe d’un vieillissement du bâtiment, d’un problème de construction, d’un mur fragile. Dans ce cas, si vous le souhaitez, vous pouvez faire appel à des spécialistes qui pourront procéder à une analyse du bâtiment et des fondations. Ils sauront expliquer pourquoi une fissure se forme, et que faire pour éviter cela.

La formation d’une fissure

Cependant, les fissures sont naturelles, leur création est normale et inévitable. Les facteurs de leur formation ne peuvent pas être annulés, mais parfois, ils peuvent être amoindris.

Les principaux éléments qui peuvent former une fissure sont :

  • Les intempéries ;

  • Le terrain ;

  • Un défaut de construction ;

  • La vieillesse.

La pluie et le froid sont des ennemis du bâtiment, ils causent des dégâts, dont les fissures. C’est pour cela qu’il est plus susceptible s’apercevoir des fissures sur les murs extérieurs.

Le terrain a aussi son importance : s’il est inondable ou calcaire, les fondations sont moins solides et le bâtiment aura tendance à s’affaisser, ce qui crée des fissures. C’est souvent pour cette raison que des fissures se forment sur des bâtiments pourtant neufs. Mais ça peut aussi être dû à un défaut de construction.

Enfin, l’âge du bâtiment a son importance. Une personne âgée a tendance à avoir la peau sèche, et un organisme plus fragile. Un mur est identique à cela. S’il est vieux, il sera forcément moins solide et pourrait commencer à tomber en ruine. Pour éviter cela, il faut l’entretenir, en rebouchant rapidement les premières fissures.

Finalement, la fissure de maison est rarement dangereuse pour le bâtiment, et il est possible de vivre avec. Pour être plus serein, ou pour une raison esthétique, il est quand même conseillé de les reboucher grâce aux différentes sortes d’enduits que nous proposent les magasins de bricolage.

Read More
toiture qui fuit

Toiture qui fuit : conseils et astuces pour réparer !

Moisissures ou taches noires sur votre plafond, fissures entre les murs, peinture boursouflée ? C’est probablement votre toiture qui fuit. En été comme en hiver, votre toiture peut prendre un coup de vieux et une fuite est vite arrivée. Pas de panique ! Retrouvez dans cet article les conseils et astuces à mettre en application pour réparer votre toit lorsqu’il fuit.

Comment localiser une infiltration d’eau par le toit

Détecter d’où vient une fuite de toiture peut s’avérer assez complexe, car cela demande beaucoup de minutie. Mais en général, on en vient à bout en respectant les étapes nécessaires. Au préalable, il faut identifier la cause de la fuite, repérer son emplacement puis réparer les dégâts soi-même ou non. Il est fortement recommandé de faire appel à un professionnel du domaine, car qui dit fuite d’eau, dit dégâts importants et par ricochet facture lourde.

Si vous êtes en France, faites appel à un couvreur professionnel à Montpellier pour réparer votre toiture qui fuit et bénéficiez d’une couverture de votre assurance. Un couvreur professionnel possède les compétences nécessaires pour déterminer exactement l’origine de la fuite et réparer votre toit.

Identification de la fuite

Les fuites d’eau par le toit sont souvent soupçonnées devant les signes de mauvaise étanchéité tels que :

  • de la moisissure sur les plafonds ;
  • des fissures sur le bitume ;
  • des cloques sur le toit ;
  • des bardeaux manquants ou difformes ;
  • ou une odeur d’humidité dans une pièce, etc.

Couramment, la zone où ces signes sont retrouvés ne constitue pas le lieu exact de l’infiltration. Il faudra monter au grenier si vous en possédez un pour rechercher des taches noires ou des moisissures sur le revêtement du toit. À l’inverse, vous allez devoir monter sur le toit pour inspecter les bardeaux à la recherche de signes des dommages.

Repérage du point d’entrée de l’eau

Après avoir identifié les fuites, il convient de confirmer le point d’entrée de l’eau. Cette étape est importante, car sans elle, vous prenez le risque de gaspiller votre temps et votre énergie dans la réparation d’un simple suintement, le point originel étant situé ailleurs. Pour ce faire, réalisez un trou dans le plafond à l’endroit de l’infiltration et vérifiez l’humidité de la charpente.

Une autre façon de procéder est d’utiliser soit du fumigène soit la technique du gaz traceur. Dans le second cas, la sonde émettra un signal à l’endroit de la fuite après que vous avez inséré un gaz en basse pression sous le système d’étanchéité. Lorsque le système d’isolation est défectueux, une infiltration d’eau dans votre toit peut survenir. En vérifiant vos combles, vous devrez remarquer vos poutres imbibées d’eau, de même que l’isolant.

Réparation de la fuite

Devant une infiltration du toit, il est indispensable de procéder aux travaux de réparation dans les plus brefs délais. Vous pouvez faire appel à un professionnel ou effectuer la réparation vous-même à supposer que vous possédiez un minimum de connaissances dans le domaine.

Premièrement, il faudra assainir l’espace concerné par la fuite en la débarrassant des saletés et autres débris. Un simple balayage ou un brossage devrait suffire. Utilisez un fongicide pour ôter les moisissures, lichen ou mousse. Ensuite vient le moment de combler les fissures. Vous aurez besoin de divers outils et matériau selon le type de réparation à effectuer.

Évidemment, vous ne pourrez effectuer que les petits travaux comme remplacer des bardeaux endommagés ou appliquer un nouveau calfeutrage autour des cheminées ou sur le bord des fenêtres… Les réparations plus complexes (les problèmes concernant le solin, rénovations complètes de toit, etc.) seront laissées au soin du professionnel.

Pour réparer une fuite dans une toiture moderne comme un toit-terrasse, vous aurez besoin de :

  • chalumeau ;
  • truelle ;
  • mastic ;
  • goudron ;
  • peinture ;
  • aluminium, etc.

Le mastic servira à boucher les fissures ou les joints que vous recouvrirez ensuite d’aluminium, de goudron et enfin accessoirement de peinture pour faire joli. Veillez bien à utiliser des matériaux de qualité.

reparation fuite toiture

Quelques conseils pour prévenir les fuites d’eau par le toit

Les fuites d’eau par le toit sont dues en grande majorité aux intempéries (accumulation de neige et de feuilles mortes), au temps (toiture vieille) ou à défaut de confection. Un entretien régulier du toit permet de minimiser les effets de ces facteurs sur le toit. Chaque année, prenez le temps d’inspecter votre toit après les mauvais temps. Nettoyez fréquemment les gouttières, effectuez souvent un démoussage du toit, un calfeutrage des joints de même qu’une isolation du toit.

Avec ces mesures, vous ferez des économies, rendrez pérenne votre toiture et surtout vivrez bien les périodes de froids.

Read More
  • 1
  • 2